Les chauves-souris et l’Halloween font bon ménage!

Accueil / Activités éducatives / Les chauves-souris et l’Halloween font bon ménage!

Le 28 octobre 2017, plus de 200 adultes et 87 enfants, dont la majorité était déguisée, ont profité d’une belle journée ensoleillée pour s’informer sur les chauves-souris à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher de Neuville.
À leur arrivée, les visiteurs étaient accueillis par MM. Robert Patenaude, Pierre Fontaine et Réginald Ouellet, bénévoles de la Société Provancher. Diverses informations sur l’organisme et ses territoires leur étaient alors présentées. Ils étaient ensuite dirigés vers le préau où une équipe formée de Mme Amélie Fontaine, étudiante au doctorat à l’Université McGill et de M. Michel Lepage, biologiste retraité, leur donnaient des informations sur les chauves-souris du Québec. Ces spécialistes des chiroptères les renseignaient notamment sur la biologie et l’écologie des espèces, les menaces qui pèsent sur elles, ainsi que sur le projet de développement de dortoirs à chauves-souris actuellement en cours à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher.
Ils ont pu ainsi apprendre que huit espèces de chauves-souris occupent le territoire du Québec, dont trois sont résidentes tandis que les cinq autres sont migratrices. Pour échapper aux rigueurs de l’hiver, les espèces résidentes se réfugient dans les cavernes et les mines abandonnées où elles y trouvent des conditions idéales pour hiberner.
Or, en l’espace de quelques années, les populations de ces espèces ont vu leur nombre diminuer dramatiquement de 90 %, et ce, en raison de l’apparition d’une maladie fongique, appelée syndrome du museau blanc. Ce sont majoritairement les petites chauves-souris brunes qui ont été affectées par cette maladie.
Pour contrer cette problématique, diverses recherches sont actuellement en cours en Amérique du Nord. Le projet qui a lieu à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher s’inscrit dans cette perspective. Il a pour but de développer un modèle de dortoir offrant un gîte adéquat aux femelles durant l’été.
Au cours des mois de mai à septembre, les espèces résidentes forment des maternités où ont lieu la naissance et la croissance des jeunes. Les femelles recherchent alors un lieu où règne une température avoisinant leur température corporelle, soit 36 °C. Or, les modèles de dortoir recommandés jusqu’à maintenant n’accumulent pas suffisamment de chaleur pour satisfaire cette exigence.
Le long d’un sentier non loin du préau, les visiteurs ont pu observer trois modèles expérimentaux de dortoirs à l’intérieur desquels des sondes thermiques ont été placées. Il est à noter que ce projet de recherche dirigé par Mme Amélie Fontaine se déroule également sur trois autres sites au Québec, répartis selon un gradient nord-sud.
Alors que les parents discutaient avec les deux spécialistes des chiroptères du Québec, Mme Élisabeth Bossert, également bénévole de la Société Provancher, encadrait les enfants affairés à dessiner des chauves-souris sur des médaillons et à jouer au tic-tac-toe de l’Halloween. Avec leurs costumes originaux et leur belle participation, les friandises promises étaient bien méritées!
La Société Provancher tient à remercier M. Yvan Bédard qui est venu aimablement prendre des photos de cette activité. Ce projet de recherche sur les dortoirs de chauves-souris à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher a reçu un appui financier de la coopérative de plein air Mountain Equipment Co-op (MEC).

Michel Lepage

Dortoirs chauves-souris Photo Yvan Bédard
Amélie Fontaine, biologiste et spécialiste des chauves-souris Photo: É Bossert
Charmant visiteur!! Photo: É Bossert
Articles associés

Écrire un commentaire

Boutures de saules plantées au travers d'une bâche dans la colonie 23, été 2017