Les aires protégées dans un monde en pleine mutation : quel rôle pour les réserves de petite taille?

Accueil / Infolettres / Infolettres-2017 / Infolettre-mars-2017 / Les aires protégées dans un monde en pleine mutation : quel rôle pour les réserves de petite taille?

Les aires protégées dans un monde en pleine mutation : quel rôle pour les réserves de petite taille?

En déambulant dans les sentiers paisibles de la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher ou sur les rivages enivrants de l’île aux Basques, vous est-il déjà arrivé de vous demander comment les changements climatiques futurs vont transformer ces petites aires protégées dans les décennies à venir? Peut-être vous dites-vous que vous ne vivrez pas assez longtemps pour être témoin de changements environnementaux significatifs. Ou peut-être préférez-vous ne pas y penser, car cela vous est désagréable de vous imaginer que ces paysages familiers et rassurants pourraient éventuellement devenir méconnaissables. Le fait est pourtant que les transformations environnementales actuelles sont rapides et marquées, partout sur notre planète. Dans le contexte d’un monde en pleine mutation, quel rôle jouent les réserves naturelles de petite taille, telles que celles entretenues par la Société Provancher?

Le but premier des aires protégées est de contribuer au maintien des processus naturels et des écosystèmes, incluant la biodiversité. Les aires protégées ont aussi un rôle important à remplir pour la conservation des ressources naturelles et culturelles associées. Toutefois, afin qu’elles puissent efficacement remplir ce rôle, plusieurs conditions doivent être réunies. Dans le milieu de la gestion des aires protégées, on invoque souvent trois critères lorsqu’on parle d’optimisation de la protection des milieux naturels : la connectivité entre les aires protégées, leur taille et la présence de zones tampons sur leur pourtour. Évidemment, les aires protégées de petite taille remplissent rarement ces critères, c’est-à-dire qu’elles ne sont pas reliées entre elles, qu’elles ne couvrent que quelques kilomètres carrés et qu’elles possèdent rarement des zones tampons. Ainsi, il est évident que leur capacité à maintenir la résilience des écosystèmes face aux changements climatiques demeure relativement faible. Il semble donc que leur rôle soit différent de celui des grands parcs naturels.

Cependant, les aires protégées de petite taille procurent de nombreux services écosystémiques sur les plans environnemental, écologique, scientifique, éducatif, social, culturel, spirituel et économique. Prenons comme exemple la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher, située près de l’agglomération urbaine de Québec. Celle-ci procure un accès libre et facile à un territoire aux paysages variés (marais, forêt, berges du Saint-Laurent), peuplés d’espèces floristiques et fauniques facilement observables. Malgré le fait que le marais lui-même soit le fruit d’efforts humains, il n’en demeure pas moins que cet environnement est devenu un habitat de qualité pour plusieurs espèces animales et végétales, tant vertébrées qu’invertébrées, terrestres et aquatiques. La Réserve offre des opportunités éducatives, par exemple des classes vertes pour les enfants, un cadre privilégié pour la tenue d’événements spéciaux qui rassemblent les citoyens autour de thématiques scientifiques et artistiques, ainsi qu’un lieu où les gens peuvent venir profiter d’un environnement où ils peuvent profiter de la nature.

Dans le contexte des changements environnementaux actuels, il est important que les gens conservent un lien avec la nature afin de pouvoir être témoins de ces changements et de s’en préoccuper. En offrant la possibilité aux gens d’observer ces changements, les aires protégées de petite taille contribuent à cultiver l’intérêt de tous envers la nature, ce qui est primordial afin que les gens se sentent concernés par la conservation de l’environnement. Elles jouent donc un rôle important pour faciliter l’accès à la nature et pour le développement de la prise de conscience envers les changements climatiques.

Émilie Saulnier-Talbot, membre du conseil d’administration et éditrice de l’infolettre

Paysage riverain et rosiers sauvages au Parc naturel et historique de l'Île aux Basques (Photo: Nancy Charland)
Paysage riverain et rosiers sauvages au Parc naturel et historique de l'Île aux Basques (Photo: Nancy Charland)
Rosiers sauvages au Parc naturel et historique de l'Île aux Basques (Photo: Nancy Charland)
Rosiers sauvages au Parc naturel et historique de l'Île aux Basques (Photo: Nancy Charland)
Brouillard matinal à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher (Photo: yvanbedardphotonature.com)
Brouillard matinal à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher (Photo: yvanbedardphotonature.com)
Articles associés
La Grande plée Bleue est une tourbière située sur le territoire de la ville de Lévis