Appréciation de la visite de l’Herbier Louis-Marie

Accueil / Activités éducatives / Appréciation de la visite de l’Herbier Louis-Marie

Les 5 et 6 mars 2020, 23 membres de la Société Provancher ont fait la visite de l’Herbier Louis-Marie, situé au Pavillon Charles-Eugène Marchand de l’Université Laval, à Québec. Gardien de près de 800 000 spécimens de plantes, cet herbier est réputé pour ses collections de plantes nordiques d’Amérique du Nord. Il est d’ailleurs le plus important au Canada, avec l’ajout d’environ 5 000 spécimens par année.

Mais qui était donc Louis-Marie Lalonde?

L’Herbier, à l’origine,  a été créé en 1852. En 1962, il a été nommé en l’honneur de Louis-Marie Lalonde (1896-1962), père trappiste du monastère d’Oka. Le « Père Louis-Marie » a été longtemps professeur de botanique et de génétique à l’Institut agricole d’Oka. On lui reconnaît son ouvrage intitulé Flore-Manuel de la Province de Québec  paru en 1931, soit quelques années avant la parution de la Flore laurentienne du Frère Marie-Victorin.

Connaissez-vous l’importance des collections de plantes?

En début de visite, Mmes Kim d’Amboise et Annie St-Louis de l’Université Laval ont accueilli les participants. Elles ont présenté l’herbier et fait valoir l’importance des collections de plantes puis partagé l’historique de l’établissement.

Les visiteurs ont notamment retenu que les herbiers témoignent de l’existence d’une plante à un endroit donné et à une date précise, ce qui est précieux en biogéographie.

Il a été intéressant de voir ensuite divers spécimens de plantes vasculaires et invasculaires préalablement sélectionnés pour la visite. C’est tout un art de préparer les plantes dans un objectif de conservation. Imaginez comment mousses, lichens, et algues doivent être manipulés avec soin et tous les efforts d’identification et étiquetage à apporter! Les différentes étapes de montage et de conservation des collections ont été bien expliquées aux visiteurs.

Quelle a été la contribution de l’Abbé Léon Provancher?

L’Herbier Louis-Marie comprend 1349 spécimens de l’abbé Léon Provancher préparés dans la deuxième moitié du 19e siècle. Les participants ont grandement apprécié en voir quelques-uns datant de 1855 ainsi qu’un exemplaire de sa Flore canadienne publiée en 1862.

Saviez-vous qu’un herbier peut être une machine à voyager dans le temps?

Un herbier est une véritable machine à voyager dans le temps. Il s’avère encore important de faire des collections de plantes, même si de nos jours la photographie aide beaucoup les botanistes. Avec les techniques modernes, on peut faire des comparaisons d’ADN sur les spécimens des herbiers et cela contribue à identifier des types génétiques en botanique.

Il est aussi possible de suivre l’introduction de nouvelles espèces sur le territoire, dont les plantes exotiques envahissantes, et les dégâts causés par des insectes. Les dates de floraison des plantes peuvent aussi donner des indices sur le changement du climat. Cela demeure grandement utile dans les recherches sur la biodiversité.

La revue Provancheria, vous connaissez?

Depuis 1966, l’Herbier Louis-Marie publie la revue Provancheria dédiée à la mémoire de l’Abbé Léon Provancher (1820-1892). Il s’agit d’une série de mémoires consacrés surtout à la floristique, la phytogéographie et la systématique des végétaux. Le numéro 34 a récemment été édité.

Il ne fait aucun doute que les membres de la Société Provancher présents ont fort apprécié la visite de l’Herbier Louis-Marie. Pour plus d’information, cliquer sur : Herbier Louis-Marie.

Élisabeth Bossert et Pierre Fontaine, bénévoles de l’équipe des activités éducatives

Photo à la une : Pierre Fontaine

Voici un exemplaire original de la Flore-Manuel de la Province de Québec, publié en 1931. L'auteur en est le Père Louis-Marie, dont le nom a été donné à l'Herbier de l'Université Laval. Photo : Élisabeth Bossert.
Flore-Manuel de la Province de Québec par le Père Louis-Marie. Photo: Élisabeth Bossert.
La revue scientifique Provancheria est publiée par l'Univsersité Laval. Elle est consacrée à la diffusion de connaissances scientifiques sur la flore.
Publication scientifique Provancheria de l'Université Laval. Source : Courtoisie.
La fougère Dryopteris fragrans (L.) Schott. du lac à l'Eau Claire. Photo : Élisabeth Bossert.
Dryopteris fragrans (L.) Schott. du lac à l'Eau Claire. Photo : Élisabeth Bossert.
Articles associés

Laisser un commentaire

Photo: Jean-Claude CaronParc naturel et historique de l'Île aux Basques : un lieu de repos. Photo: Réhaume Courtois.