Chronique d’une ornithologue bien ordinaire

Accueil / Infolettres / Infolettres-2018 / Infolettre-février-2018 / Chronique d’une ornithologue bien ordinaire

Chronique d’une ornithologue bien ordinaire

Ce texte relate le séjour de Mme Ghislaine St-André, membre du Club des Ornithologues de Québec, à l’île aux Basques, au printemps 2017.


Île aux Basques, 19 au 22 mai 2017.

Nous voguons sur les flots vers la mythique île aux Basques. À peine 5 km sépare Trois-Pistoles et le quai de l’île. Le capitaine, coiffé de son béret basque, mène son esquif de main de maître. De magnifiques yeux gris et une barbe blanche; il possède un charisme d’enf… de capitaine. Les filles pourront en témoigner.

Les membres du Club des ornithologues de Québec (COQ) sont répartis entre les trois chalets qui sont assez rustiques. Je viens de réaliser ce que veut dire 1,5 toilette. Le jour, c’est l’utilisation de la bécosse et la nuit pour les numéros 1, c’est la toilette de la maison. Si l’on veut se laver, c’est très spartiate avec de l’eau de pluie froide, mais c’est très bon, car cela resserre la peau : les rides sont carrément gelées! Nous avons amené de gros contenants bleus d’eau potable. Le frigidaire au propane est une pure merveille.

La vue sur le fleuve est époustouflante. Nous avons droit à un ballet continu de parades nuptiales et de roucoulades des mâles eiders qui sont magnifiques dans leur livrée de prince charmant. Madame Eider est beaucoup moins voyante, car elle a des choses plus importantes à faire que de se pavaner.

Nous arpentons l’île à la découverte des vieilles forêts, de l’étang où les parulines se surpassent en spectacles aériens. Il y a continuellement l’ombre des grands hérons qui nous survolent à basse altitude et qui font l’aller-retour entre leurs nids et leur garde-manger. Leurs cris, ou plutôt leurs jappements ont de quoi surprendre. La partie ouest de l’île est couverte de prés et de rosiers sauvages. Mais c’est dans la partie est que nous avons eu la chance de voir deux orignaux, soit une mère et sa fille ado. Elles sont venues vers nous, car il n’y a aucune place pour s’abriter. Alors, nous avons parlé doucement, puis nous nous sommes présentés très poliment, tout en gardant nos distances. Cela a semblé leur convenir, car à notre grand soulagement, elles sont parties. Les poignées de mains, les accolades très peu pour moi!

Un béluga s’est échoué sur la plage près de l’autre chalet. Mon capitaine préféré, accompagné d’un technicien du gouvernement fédéral, est venu pour le remorquer vers Trois-Pistoles. Il sera amené à Saint-Hyacinthe pour l’étude de la carcasse. C’est une femelle adulte qui pèse environ 900 kg. Le remorquage n’a pas été facile, mais le capitaine en a vu d’autres!

Durant notre séjour, nous avons vu plus d’une trentaine d’espèces d’oiseaux. Selon les habitués, c’est peu, mais la saison commence. Lors de notre séjour, nous avons eu droit à une scène osée, soit l’accouplement de faucons émerillons. Pouf, et c’est fini! Mais je comprends, être en équilibre sur une branche et l’autre qui arrive par-dessus, c’est assez acrobatique.

Nous avons bien aimé notre séjour là-bas. C’est un endroit magnifique, une oasis de tranquillité. On peut s’y promener, faire de la photo, méditer, s’asseoir au soleil sur la galerie en regardant les eiders ou tout simplement le coucher de soleil. Le retour à la civilisation a quand même quelques avantages. On peut y prendre des bains de mousse et trouver des toilettes à deux vitesses!

Ghislaine St-André, membre du Club des Ornithologues de Québec

Réserve naturelle de l'Île aux Basques (Photo: Nancy Charland)
Réserve naturelle de l'Île aux Basques. Photo: Nancy Charland
Oiseaux. Eiders à duvet, à l'île aux Basques. (Photo: yvanbedardphotonature.com)
Eiders à duvet, à l'île aux Basques (Photo: yvanbedardphotonature.com)
Mammifères. Orignaux photographiés à île aux Basques, le 20 mai 2017. Photo: Guy Hamelin.
Orignaux à l'île aux Basques, mai 2017 (Photo: Guy Hamelin)
Grand héron au vol à l'île aux Basques.
Grand héron (Photo: yvanbedarbphotonature.com)
Articles associés
Parc naturel et historique de l'île aux Basques (Photo: yvanbedardphotonature.com)