Protection de l’habitat de l’eider à duvet aux îles Razade

Accueil / Bénévolat / Protection de l’habitat de l’eider à duvet aux îles Razade

Depuis plusieurs années, nous procédons au déplacement de certains nids de cormorans à aigrettes aux îles Razade afin de diminuer leur impact sur l’habitat de l’eider à duvet. Rappelons que cette initiative vise à favoriser l’utilisation des crans rocheux par les cormorans plutôt que les zones recouvertes de végétation, et ce, dans le but de diminuer l’impact négatif qu’ils ont sur le couvert végétal. On espère ainsi protéger les sites de reproduction d’autres espèces, dont l’eider à duvet et les goélands argentés et marins qui nichent dans la végétation.

En 2017, les travaux ont eu lieu le 16 septembre. Encore cette année, nous avons profité d’une belle température. Le ciel était couvert, mais le temps n’était pas très froid (12 °C) et surtout les vents étaient légers (5-10 km/h), ce qui a permis de débarquer sur les îles avec une petite embarcation. Nous avons quitté le quai de Trois-Pistoles à 9 h 50 et sommes arrivés à la Razade d’en Haut vers 10 h 38. Le travail proprement dit a pris environ entre une à deux heures pour chacune des îles, si bien que nous sommes arrivés à la Razade d’en Bas vers 12 h 40 et sommes retournés au quai de Trois-Pistoles vers 14 h.

Le travail a été effectué par des bénévoles de la Société Provancher, soit MM. Réhaume Courtois,  Conrad Morin, Guymont Parent, Daniel St-Onge, Jean Tremblay, et Mmes Nathalie Chouinard, Katja Culhuac et Élisabeth Donahue-Laliberté. L’équipe a été conduite par M. Jean-Pierre Rioux, le capitaine de notre bateau, le Provancher.

Cette année, nous avons déplacé un total de 511 nids, soit 240 à la Razade d’en Haut et 271 à la Razade d’en Bas. En comparaison avec 2015 et 2016, il y avait moins de nids à la Razade d’en Haut, mais beaucoup plus à la Razade d’en Bas, comme l’indiquent les tableaux suivants:

Contrôle du cormoran aux îles Razade, septembre 2017
Exemple de l’impact des cormorans sur la végétation des îles Razade. Photo : Réhaume Courtois
Contrôle du cormoran aux îles Razade, septembre 2017
Les bénévoles affectés au projet en 2017. Photo: Jean Tremblay
Razade d’en Haut 2015 2016 2017
Extrémité ouest  n/d 105 0
Ouest 58 0 33
Nord-ouest n/d 0 86
Extrémité est 69 91 0
Croix 31 111 35
Plateau est 197 26 86
Total: 355 228 240
Razade d’en Bas 2015 2016 2017
Ouest  n/d 16 60
Nord-ouest  n/d 50 14
Centre n/d 122 54
Est  n/d 8 143
Total:  98 196 271

Au fil des ans, la population de cormorans semble délaisser la Razade d’en Haut pour s’établir à la Razade d’en Bas. Cependant, comme le nombre total de nids déplacés est comparable au cours des deux dernières années, il est probable que la population de cormorans soit demeurée relativement stable et que les différences observées entre les îles soient dues à un déplacement des cormorans d’une à l’autre.

Cette année, nous avons cartographié les sites utilisés par les cormorans afin d’avoir une idée plus précise des habitats à protéger (voir figures ci-bas). D’après ces relevés, les sites utilisés par les cormorans dans les habitats antérieurement propices aux eiders couvraient 324 mètres carrés à la Razade d’en Haut et 331 mètres carrés à la Razade d’en Bas.

Nids de cormorans à la Razade d'en Haut
Emplacement des nids de cormorans à la Razade d'en Haut
Nids de cormorans à la Razade d'en Bas
Emplacement des nids de cormorans à la Razade d'en Bas

Actuellement, les données recueillies ne permettent pas d’évaluer précisément l’impact de nos interventions, mais plusieurs indices laissent croire que l’habitat de l’eider diminuera d’année en année sans intervention de notre part. À l’inverse, nous avons noté une certaine reprise de la végétation dans certains sites, à la suite du déplacement des nids de cormorans. Pour combler les lacunes de nos connaissances, nous avons demandé à un expert de revoir la littérature scientifique pertinente sur les relations cormoran-eider et les méthodes de gestion appliquées ailleurs, puis de nous suggérer un plan de conservation à plus long terme. Ses recommandations seront analysées par le Conseil d’administration de la Société Provancher d’ici quelques mois. Lors d’une prochaine communication, nous vous présenterons les orientations retenues par la Société.

En terminant, la Société Provancher tient à remercier Nature Canada qui a permis la réalisation de la revue de littérature et l’élaboration du plan de conservation dans le cadre de son programme de subvention ZICO (Zones importantes pour la conservation des oiseaux).

Réhaume Courtois et Michel Lepage, Société Provancher

Nid d'eider
Nid d'eider à duvet à la Razade d'en Bas, septembre 2017. Photo: Réhaume Courtois
Articles associés

Laisser un commentaire

Parc naturel et historique de l'île aux Basques (Photo: Yvan Bédard)