Baguage d’oiseaux à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher en 2018

Accueil / Activités éducatives / Baguage d’oiseaux à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher en 2018

Le baguage d’oiseaux : une activité hautement appréciée!

Dans sa volonté de rester en contact avec ses membres et d’en recruter de nouveaux, la Société Provancher organise chaque année diverses activités en nature. Le baguage d’oiseaux migrateurs à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher, à Neuville, fait partie des activités les plus populaires, et ce, depuis quelques années, grâce à la collaboration de bénévoles.
Cette année, l’activité s’est tenue dans la matinée du samedi 2 juin. Bien publicisée, l’activité visait les familles et les organismes intéressés par l’observation des oiseaux, sans oublier les visiteurs réguliers ou de passage au marais. Une attention particulière a été portée aux jeunes pour qu’ils puissent toucher ou prendre un oiseau sauvage dans leurs mains puis de le voir s’envoler.
L’activité comprenait la capture et le baguage des oiseaux, surtout des passereaux, et permettait de faire connaître un aspect de l’ornithologie qui est pratiqué par un nombre très restreint de personnes. Le responsable de cette activité, M. Réginald Ouellet, a préparé ce bref compte-rendu illustrant son déroulement.

Déroulement de la journée de baguage d’oiseaux

Arrivés vers les 6 h, mon frère André et moi, avons préparé le matériel de capture dont les tiges de métal pour fixer les filets, leurs bases et le nécessaire pour le baguage des oiseaux soit le formulaire pour la prise des notes biologiques, les bagues, divers instruments de mesure, etc.
L’arrivée de deux bénévoles d’expérience, MM. Gilles Gaboury et Pierre Fontaine, nous a permis d’installer quatre filets japonais aux dimensions de 6,9 m X 2,3 m dans une bande arbustive en friche, dominée par une jeune saulaie, quelques aulnes et des graminées. En arrière-plan, une forêt de transition dominée par plusieurs essences de taille intermédiaire (8-15 m) telles que le peuplier faux-tremble, le bouleau blanc, le sorbier et l’amélanchier, permettait aux oiseaux d’avoir un couvert plus sécuritaire.
Tous les filets ont été installés vers 7 h 15 de sorte que déjà les oiseaux avaient accès aux pièges. À la fin de l’avant-midi, les mêmes personnes ont aussi participé au démontage des filets et au rassemblement de l’ensemble des tiges de métal (16) et leurs bases (8). Beaucoup de précaution a été nécessaire pour réunir les ganses d’attache aux tiges de métal pour éviter que ces dernières ne s’emmêlent aux mailles des filets. Il faut penser à leur utilisation future afin de faciliter l’installation des filets sans problème une prochaine fois!
Du début à la fin de l’activité, les conditions climatiques ont été parfaites. Tôt en matinée, nous avions un ciel absent de nuages et un léger vent du nord-est (10-12 km/h) qui n’affectait que très peu le mouvement des filets. La température était fraîche avec 8 °C, mais elle était grimpée à environ 16 °C par la suite. C’est la température idéale pour faire le baguage des oiseaux.
Au total, 14 individus de 11 espèces ont été capturés. Parmi celles-ci, il y a eu deux recaptures d’années antérieures. Voici la liste des captures :
* Pic mineur (1 mâle);
* Viréo mélodieux (1 femelle);
* Moqueur-chat (1 mâle);
* Jaseur d’Amérique (1 mâle);
* Paruline jaune (1 mâle, 1 femelles);
* Vacher à tête brune (1 femelle);
* Oriole de Baltimore (1 femelle);
* Chardonneret jaune (1 mâle);
* Colibri à gorge rubis (2 femelles, non baguées ou échappées);
* Paruline flamboyante (1 mâle, non bagué ou échappé);
* Carouge à épaulettes (recapture : 1 femelle, baguée le 29 mai 2016);
* Viréo mélodieux (recapture : 1 femelle, baguée le 3 juin 2017).
Pour chaque oiseau capturé, des données spécifiques ont été recueillies. Outre l’identification de l’espèce, celles du sexe et de l’âge, ainsi que la longueur de l’aile, sans oublier de l’état du plumage et les conditions générales de l’oiseau ont été notées. Ces conditions comprennent le stade de développement des organes reproducteurs extérieurs : plaque incubatrice présente ou non sur la partie ventrale des femelles et chez certaines espèces chez les mâles (pics); la protubérance cloacale chez les mâles. Pour les femelles et les mâles, le développement est évalué sur une échelle de trois niveaux.

Remerciements de M. Ouellet

Je voudrais remercier toutes les personnes qui ont contribué au succès de notre activité. Mes remerciements s’adressent d’abord à Mme Élisabeth Bossert qui a fait les démarches pour publiciser l’activité et réunir l’équipe dévouée de bénévoles. Mes remerciements vont aussi à Mmes Axelle Dudouet et Katja Culhuac m’ayant assisté à la table de baguage pour noter les données biologiques ainsi que les numéros des bagues. Je ne voudrais pas oublier les surveillants des filets et démailleurs des oiseaux capturés, MM. André Ouellet, Gilles Gaboury et Pierre Fontaine, qui ont patrouillé et apporté les oiseaux pour être bagués. Je remercie également Mme Sophie Prayal-Brown pour l’excellence et la qualité des photos prises à différents moments soit sur le site des installations ainsi qu’à la table de baguage lorsque des oiseaux étaient apportés. Mmes Louise Fortin et Chantal Leblanc ont aussi apporté leur contribution en accueillant le public et en l’initiant à l’ornithologie. Enfin, je remercie toutes les personnes et leurs enfants, souvent anonymes, qui se sont déplacées et qui ont suivi avec intérêt cette opération annuelle de baguage.
À vous tous et toutes, BRAVO ET MERCI.
Réginald Ouellet
Photo de la bannière: Sophie Prayal-Brown

Jaseur d'Amérique Mensuration de l'aile Photo:Sophie Prayal-Brown
Jaseur d'Amérique: Prêt pour l'envol Photo:Sophie Prayal-Brown
Articles associés

Écrire un commentaire