Travaux à la Réserve, crédit: Philippe Arsenault

Les nouvelles du Marais Léon-Provancher

Découvrez les dernières nouvelles de la Réserve naturelle du Marais Léon-Provancher ! Dans cette édition, plongez dans les coulisses de l’entretien fondamental de la digue et suivez la tournée des nichoirs avec toutes leurs curiosités.

L’année 2023 s’est terminée par la corvée annuelle d’entretien des grands arbres qui bordent la digue du marais.

Pour rappel, la digue joue un rôle crucial dans la protection du marais contre les inondations, en agissant comme une barrière physique pour retenir les eaux de crue. Elle est essentielle pour protéger l’écosystème fragile du marais et maintenir sa diversité biologique. C’est pour cela qu’il est important de l’entretenir, et c’est là que nous intervenons auprès des grands arbres qui la bordent. Plus précisément, nous veillons à ce que leur système racinaire n’affecte pas l’étanchéité de la digue artificielle.

L’entretien de la digue du marais

Il faut savoir que c’est la seule coupe d’arbre permise dans la réserve. Les autres coupes, qui sont faites près des sentiers, sont seulement réalisées pour assurer la sécurité de nos usagers.

Ce travail est toujours exécuté en fin d’année, afin de nuire le moins possible à la flore et la faune. Il y a également moins d’usagers, ce qui nous permet de travailler de façon plus sécuritaire.

Pour ce faire, nous devons identifier la taille et les espèces d’arbres qui seront retirées. La préservation des espèces de plus petites tailles sera privilégiée. Par exemple, les grands frênes seront coupés et les sumacs vinaigriers seront laissés en place.

Ce travail manuel intense est supervisé par le responsable de l’entretien, Marcel Turgeon, accompagné de bénévoles habilités à manipuler les outils de coupe.

Plusieurs jours de coupe ont été réalisés en novembre et en décembre. Nous tenons à remercier chaleureusement Alain Boivin et Pierre Pelletier pour leur participation !

Tournée hivernale des nichoirs et des dortoirs du marais

Nous avons procédé, il y a quelques semaines, à la tournée annuelle des nichoirs et des dortoirs au Marais Léon-Provancher. 

Le 25 février dernier, nos bénévoles, guidés par Normand Trudel et Jean-Claude Houle, ont fait la tournée des nichoirs à canard sur le marais. Rappelons qu’il y a neuf nichoirs apposés aux arbres au fond du marais et cinq nichoirs cylindriques sur tige de métal dans les eaux du marais.

L’activité consiste à ouvrir les nichoirs, inspecter s’ils ont été utilisés et récolter les données ornithologiques (présence de coquilles d’œuf, plumes, etc.). Un nouveau paillis est ensuite mis en place et des réparations sont faites si nécessaires. Les canards retrouvent ainsi un nichoir propre à chaque printemps.

Cette année, les observations ont été moins fructueuses que l’an passé. Toutefois, des nids ont parfois été utilisés par d’autres espèces que le canard. Nous avons ainsi pu observer un nid de Tyran tritri dans un nichoir cylindrique.

Compte tenu des conditions climatiques exceptionnellement douces cet hiver, nous avons réalisé cette investigation plus tôt que d’habitude. Le couvert de glace était plus mince, nous avons donc joué de prudence.

Nous remercions chaleureusement nos bénévoles accompagnateurs, Lucie Dion, Alain Boivin, Jean Berseli, Denis Bissonnette et Roch Joncas dans cette activité.

Le 1ᵉʳ mars au matin, ces mêmes guides ont mené une tournée des dortoirs à mésanges et des nichoirs à crécerelles.

Les six dortoirs à mésanges de la réserve ont été inspectés et nous avons eu le plaisir de constater que quatre dortoirs avaient été utilisés. Le dortoir à mésanges est caractérisé par une entrée par le bas, plutôt que par le haut. Il présente plusieurs tiges de bois sur les murs internes, pour que les oiseaux puissent se percher et ainsi dormir en groupe dans la chaleur corporelle commune.

La matinée s’est poursuivie avec l’inspection de nos trois nichoirs à crécerelles, encore une fois, ouverts, inspectés et nettoyés. Un nouveau paillis a été mis en place pour la prochaine saison de reproduction. Nous avons également retrouvé un nid d’hirondelle dans le nichoir N°3.

Nous remercions Jean Bersoli de nous avoir accompagnés.

Les initiatives de l’entretien de la digue et de la tournée des nichoirs au sein du Marais Léon-Provancher incarnent l’engagement passionné de la communauté envers la préservation de notre environnement naturel. Nous ne remercierons jamais assez les bénévoles qui nous accompagnent et participent à la sauvegarde de cet écosystème, fragile et précieux.

Philippe Arsenault

Crédit photo : Philippe Arsenault