Corvée de rénovation à l’île aux Basques-partie 2

Accueil / Infolettres / Infolettres-2020 / Infolettre octobre 2020 / Corvée de rénovation à l’île aux Basques-partie 2
Courte histoire d’une corvée de rénovation à l’île aux Basques

L’année 2020 passera à l’histoire pour l’île aux Basques en raison de la pandémie de coronavirus. Car la Société Provancher a dû prendre une décision importante en début d’année, soit celle de ne pas faire de location de chalets ni de visites à l’île. Toutefois, cela a permis d’entreprendre des rénovations importantes aux infrastructures en place. Ainsi, plusieurs équipes de bénévoles y sont venues au cours de l’été. Voici la brève histoire de la présence d’une équipe de 10 bénévoles qui s’y est rendue en début de septembre afin d’entreprendre une corvée de rénovation.

Des équipes très motivées et habiles

Le temps est beau! Le temps est bon! Voilà ce qui résume la température des quatre jours que nous avons passés à l’île aux Basques en ce début de septembre. Pandémie oblige, nous avons tous mis nos masques pour la traversée. En arrivant à l’île, les 10 bénévoles (5 hommes et 5 femmes) ce sont répartis dans les 3 chalets : 4 au Léon-Provancher, 4 au Joseph-Matte, et 2 au Rex-Meredith.

Dès notre première journée, une équipe s’est mise à la peinture extérieure du chalet Léon-Provancher. Armés de pinceaux larges comme des mains de géant, les peintres d’un jour, majoritairement des femmes, ont pratiquement terminé la « job » en un seul après-midi. Pendant ce temps, une équipe de 4 personnes s’est affairée à la pose de grillage « à poule » sur les trottoirs en bois dans les sentiers.

Au cours des deux jours suivants, les peintres se sont rendus au chalet Rex-Meredith afin de compléter la peinture déjà entreprise antérieurement. Une troisième équipe s’est également activée pour construire un escalier au début du sentier des Falaises. Mais il fallait d’abord bien calculer! On ne fait pas d’escalier sans connaître le théorème de Pythagore! Et surtout sans consulter l’Internet pour calculer l’empattement, le giron, le nez, etc. Et au bout de 2 jours, il semble bien que nous ayons très bien réussi.

Les joies du bénévolat!

Faire du bénévolat à l’île aux Basques permet aussi de belles rencontres entre bénévoles. Pour mieux se connaître, le groupe s’est réuni lors d’un souper commun dans le chalet Joseph-Matte. Spaghetti au menu, tout en gardant nos distances! De plus, nous en avons profité, soit seuls ou en groupe, pour sillonner l’île de long en large. Nous sommes donc revenus bien remplis de beaux souvenirs d’un milieu naturel exceptionnel.

Daniel Banville, bénévole

pour le groupe : Claire Arsenault, Louise Pagé, Marie Chouinard, Joan Ross, Marianne Kugler, Jean Bernier, Jean Tremblay, Christian Asselin, Claude Simard.

Photo à la une : Daniel Banville

Voici le résultat final de la construction d'un escalier au pied du sentier de la Falaise, île aux Basques, 3 septembre 2020. Photo : Daniel Banville.
Construction d'un escalier au pied du sentier de la Falaise, île aux Basques, septembre 2020. Photo : Daniel Banville.
Corvée de rénovation à l'île aux Basques, 31 août 2020. Les bénévoles s'en donnent à coeur joie pour repeindre l'extérieur du chalet Léon-Provancher. Photo : Daniel Banville.
Cure de rajeunissement du chalet Léon-Provancher, à l'île aux Basques, 31 août 2020. Photo : Daniel Banville.
Dix bénévoles ont participé à une corvée de rénovation à l'île aux Basques du 31 août au 4 septembre 2020. De gauche à droite : Marianne Kugler, Daniel Banville, Claire Arsenault, Joan Ross, Daniel Simard, Jean Bernier, Louise Pagé, Christian Asselin, Marie Chouinard, Jean Tremblay. Photo : Daniel Banville.
Une équipe de bénévoles posent fièrement, île aux Basques, septembre 2020. Photo : Daniel Banville.
Articles associés

Laisser un commentaire

Lenteur du temps! Un grand héron se réflétant dans l'eau vole alègrement. L'artiste-peintre et autrice anime un atelier d'aquarelle à la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher, le 26 septembre 2020.