Hôtel à insectes à proximité du chalet Philéas-Filion Photo: René Naud

Un hôtel à insectes à l’île aux Basques!

 

Une belle surprise vous attend lors de votre prochaine visite au parc naturel et historique de l’Île-aux-Basques.

Non loin du chalet Philéas-Filion, sur le sentier menant à l’anse à la baleine, vous verrez un hôtel à insectes conçu et aménagé par René Nault, bénévole de la Société Provancher et responsable des territoires de l’Est.

L’infrastructure en construction mesure 1,8 m de hauteur, 50 cm de largeur et 30 cm de profondeur. Elle a été construite avec des matériaux trouvés en nature sur l’île, tels que du bois mort, des tiges creuses de plantes, des roches, etc.

Un autre hôtel à insectes verra le jour au début du sentier de l’Ouest à quelques mètres du quai menant au chalet Meredith.

Mais qu’est-ce donc qu’un «hôtel à insectes»?

Les hôtels à insectes – aussi appelés auberges à insectes – sont de plus en plus populaires. Il est facile d’en construire suivant quelques principes de base, dont celui de la localisation qui est stratégique. Ils servent d’abris et de sites de ponte pour plusieurs insectes, tant pollinisateurs comme les abeilles, bourdons et papillons que ravageurs comme les coccinelles et les pucerons.

 

Hôtel à insectes à la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher. Photo : Élisabeth Bossert.

Pendant les visites avec des groupes scolaires, les hôtels à insectes attirent l’attention des jeunes. Cela nous amène à parler de l’importance des insectes dans l’environnement. Des enseignants-tes repartent même avec l’idée d’approfondir le sujet en classe et d’en construire avec leurs jeunes. Cela devient un projet de classe original et rassembleur.

 

Grand panneau d'interprétation, réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher. Photo : Pascale Forget.
Grand panneau d’interprétation, Marais-Léon-Provancher. Photo : Pascale Forget.

Pour en savoir plus : https://m.espacepourlavie.ca/blogue/bricoler-un-hotel-a-insectes

Élisabeth Bossert, bénévole, Société Provancher

Photo à la une : René Nault