La bécasse d’Amérique est de retour!

Accueil / Activités éducatives / La bécasse d’Amérique est de retour!
La bécasse d’Amérique : le printemps est là!

La bécasse d’Amérique est un oiseau méconnu qui arrive tôt au printemps. Furtif, il ne se laisse pas entrevoir facilement puisqu’on le trouve principalement au sol dans les broussailles, feuilles, etc. Son plumage lui permet de bien se camoufler. On peut toutefois entendre le mâle dès l’aube ou au crépuscule lors de ces parades nuptiales spectaculaires, et ce, dès le mois de mars.

À l’échelle nord-américaine, le suivi des populations de bécasses d’Amérique date depuis de nombreuses années. Il est réalisé principalement par des observateurs bénévoles au moment de la croule (vol et cri nuptiaux du mâle). Dans une région donnée, on peut ainsi établir une moyenne par hectare du nombre de bécasses d’Amérique.

Baguage des bécasses

De plus, au Québec, des personnes accréditées font un baguage annuel. Le but de cet exercice est de suivre l’évolution et la santé des bécasses d’Amérique afin de protéger l’espèce. Voilà donc un bel exemple de science citoyenne!

Le baguage commence dès la mi-avril, lors de la croule, et s’étend jusqu’en juin, pendant la période de naissance des poussins. Le baguage peut s’effectuer sur les adultes, mais il est généralement fait sur les oisillons qui sont plus faciles à attraper. Pour ce faire, on utilise le chien d’arrêt afin de localiser les nids au sol. Cette façon de faire limite les possibilités de piétiner les nids et facilite leur recherche. Les chiens sont entraînés pour débusquer les bécasses. Lorsqu’ils en trouvent, ils restent à distance et indiquent à leur maître la position des oiseaux.

La Société Provancher prévoyait faire ce printemps le baguage des oisillons de bécasse à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher avec un nouveau partenaire, soit le Club des bécassiers du Québec. Malheureusement, en raison de la pandémie de coronavirus entraînant la fermeture temporaire de la Réserve, nous avons dû remettre cette séance de baguage à l’an prochain. Ce n’est donc que partie remise. Nous devrions pouvoir accueillir les bécasses d’Amérique cet automne quand elles redescendront vers le sud au cours de leur migration.

Vous pouvez en apprendre davantage en cliquant sur les liens suivants :

Nathalie Thivierge, bénévole pour la société Provancher

Photo à la une : Michel Gélinas

La coloration de la bécasse d'Amérique concourt à sa nidification dans les parterres de boisés humides. Son grand bec robuste lui permet de se nourrir dans la terre meuble.
La bécasse d'Amérique, un oiseau très discret. Photo : Michel Gélinas.
La bécasse d'Amérique est un oiseau de la famille des "limicoles". Son plumage est très bien adapté pour le camouflage dans le parterre des boisés humides.
La bécasse d'Amérique, un oiseau impressionnant. Photo : Michel Gélinas.
La bécasse d’Amérique possède un excellent camouflage lui permettant de se dissimuler facilement dans les feuilles et branches des boisés humides. Les chiens de chasse sont toutefois bien entraînés pour les débusquer.
Un chien de chasse a trouvé une bécasse d'Amérique. Photo : Michel Gélinas.
Articles associés