La tarification pour les séjours à l’île aux Basques : une question d’équilibre

Accueil / Activités sociales / La tarification pour les séjours à l’île aux Basques : une question d’équilibre
Bien comprendre la tarification de location des chalets à l’île aux Basques

Plusieurs personnes nous ont contactés pour avoir des précisions sur la tarification concernant la location des chalets à l’île aux Basques. Voici ce qu’il en est.

La tarification pour l’utilisation des chalets du Parc naturel et historique de l’Île aux Basques repose sur un équilibre délicat. Pour réaliser son mandat de conservation tout en permettant au plus grand nombre possible de membres de séjourner sur l’île, la Société Provancher doit dépenser chaque année plusieurs dizaines de milliers de dollars.

De plus, elle doit aussi accumuler des fonds en vue d’effectuer des travaux d’entretien tant sur les chalets que sur le bateau Le Provancher. La peinture et le maintien aux normes du bateau, l’installation et l’entretien des quais, la corvée des toilettes sèches, le transport du gaz propane et de l’eau potable, l’apport en bois de chauffage et l’entretien des chalets sont des bons exemples de travaux qui reviennent année après année. Et c’est sans compter tous les aspects reliés aux sentiers, à la signalisation, aux monuments et à l’interprétation des lieux et de leur histoire.

 

 

Rivage de l'île aux Basques. Crédit photo: Claude Côté
Rivage de l'île aux Basques. Crédit photo: Claude Côté
La tarification

Par conséquent, la tarification de la location des chalets doit d’abord permettre de couvrir ces dépenses pour assurer la pérennité de l’accès. Par contre, on doit tenir compte de la rusticité des trois chalets loués. Même s’ils sont bien équipés, ils offrent moins de confort que d’autres types d’hébergement situés en bordure du fleuve dans la région du Bas-St-Laurent. De plus, le coût du transport à l’île est également à considérer, même si pour tous les logements du monde, la question du transport fait partie du budget des voyageurs.

La réservation des chalets

Le fait d’ouvrir la période des réservations en trois phases — soit janvier, février et juin — pour des séjours respectifs de minimum trois jours, minimum deux jours ou un seul jour, permet au plus grand nombre possible de personnes de profiter d’un séjour étendu et évite de « cribler » le calendrier de jours non loués, coincés entre deux courts séjours.

La tarification approuvée pour l’année est appliquée tout au long de la saison de grande affluence — soit de la mi-juin à la mi-septembre —, ainsi que tous les vendredis et samedis soirs. Mais il y a aussi des tarifs de basse saison en mai et début juin, ainsi qu’à la mi-septembre jusqu’en octobre. Cela permet d’encourager l’accès sur trois saisons au lieu d’une seule. Finalement, pour promouvoir l’accès et viser l’équilibre budgétaire, certaines dates disponibles, mais isolées entre diverses réservations, sont offertes en écoulement de dernière minute au cours de la saison. Par conséquent, il faut surveiller les annonces de la Société Provancher et le calendrier sur Airbnb pour savoir quand en profiter.

En conclusion

Dans notre contexte très particulier de location des chalets au Parc naturel et historique de l’Île aux Basques, nous croyons que la tarification actuelle se situe près de l’équilibre recherché pour les opérations courantes. Ainsi, depuis les trois dernières années, on constate une hausse des taux d’occupation. De plus, les commentaires des utilisateurs sont quasi unanimes et enthousiastes, avec 96 % de cotes 5/5, pour 94 commentaires reçus.

L’ambiance hors du commun, la beauté de l’île et des paysages, l’importance de son histoire, la qualité de l’accueil et des services du capitaine-gardien de l’île sont des gages de succès. Ce bel amalgame constitue un net avantage à la location de nos chalets pour un équilibre que nous souhaitons tous le plus parfait possible.

Les bénévoles de l’équipe des réservations

Société Provancher

Photo à la une : Yvan Bédard

Articles associés
Le Fleur de mai, mon premier bateau, prêt pour la traversée à l'île au Basques. Photo Jean-Pierre Rioux