Les gardiens de l’île aux Basques, d’hier à aujourd’hui, partie 1

Accueil / Infolettres / Infolettres-2018 / Infolettre décembre 2018 / Les gardiens de l’île aux Basques, d’hier à aujourd’hui, partie 1
Chronique sur l’histoire des gardiens de l’île aux Basques

La Société Provancher profite de son centenaire pour souligner l’apport de certains de ses plus importants contributeurs. Parmi ceux-ci, les gardiens de l’île aux Basques méritent une attention particulière. Pour souligner leur contribution, au cours de l’année 2019, nous publierons dans notre infolettre, sous forme de chronique, une série d’articles relatant les mémoires du gardien actuel, M. Jean-Pierre Rioux.

En plus des gardiens qu’il a côtoyés, M. Rioux nous décrira aussi les bateaux qu’ils ont eus pour faire la traversée à l’île. Toutefois, la mémoire étant ce qu’elle est, il insistera davantage sur le dernier demi-siècle.

Centenaire de la Société Provancher. Cent ans d'engagement pour la nature
Cent ans d'engagement pour la nature.

Les gardiens de l’île aux Basques, première partie, 1929 à 1981

J’aimerais d’abord vous présenter tous les gardiens de l’île aux Basques depuis l’achat de l’île par la Société Provancher, en 1929. Le premier gardien a été embauché dès 1930. Par la suite, douze autres se sont succédé. En voici la liste ainsi que le nom des bateaux ayant servi au transport vers l’île.

  • Octave Duval, 1930 : bateau ?
  • Louis-Philippe Renouf, 1931-1935 : bateau ?
  • Charles Morency et ses frères, Édouard et John, 1936-1939 : Le Provancher
  • Charles Morency, 1940-1945 : Le Provancher
  • Armand Rioux, 1946 : bateau?
  • Charles Morency, 1947-1970 : Le Provancher
  • Georges Dionne, remplacement 2 ans : Le Sainte-Anne
  • Emmanuel Franck, 1971-1980 : Le Fleur de mai
  • Marc-André Bélisle, 1981-1987 : L’Escale
  • Raynald Dionne, 1988-1990 : L’Esquimau et L’Otarie II
  • Jean-Pierre Rioux, 1991 à aujourd’hui : Le Fleur de mai et Le Jean-Philippe jusqu’en 2007; Le Léon Provancher à partir de 2007.

L’histoire du gardiennage de l’île aux Basques remonte à très loin, soit ans 100 derrière nous. Les deux premiers gardiens, soit Octave Duval et Louis-Philippe Renouf n’ont pas laissé d’information sur les bateaux qu’ils ont eus pour assurer leur tâche à l’île aux Basques. Je commencerai donc avec Charles Morency.

Charles Morency, gardien de 1936 à 1970

Charles Morency a d’abord été gardien de l’île avec ses frères Édouard et John, de 1936 à 1939. Par la suite, il y a été le seul gardien, soit de 1939 à 1970. Toutefois, durant son mandat, Charles a été remplacé à quelques reprises. En 1946, c’est Armand Rioux qui prend la relève. En 1970-1971, Georges Dionne fera de même avec son bateau Le Sainte-Anne.

Je me souviens du bateau de Charles Morency, baptisé Le Provancher. M. Robert Létourneau, 85 ans, ancien président de la Société historique et généalogique de Trois-Pistoles, m’a dit qu’il est arrivé en cette ville en 1943. Il m’a raconté qu’il était toujours rendu au quai pour y pêcher l’éperlan. Encore aujourd’hui, il s’adonne à cette activité. Il m’a dit que Charles Morency avait le même bateau en 1943 que lorsqu’il a terminé sa carrière de gardien de l’île.

À cette époque, il n’y avait pas de quais à l’île aux Basques pour débarquer les visiteurs. Après s’être ancré, Charles utilisait sa petite chaloupe, mais parfois il allait s’échouer sur la plage ou près d’un rocher. Je ne suis pas certain, mais je crois que c’est sous la période de Charles Morency que les quais ont été installés à l’île.

Armand Rioux, gardien en 1946

Armand Rioux a été gardien pendant une année, en 1946, en remplacement de Charles Morency, dit « Charlette ». Il est mort accidentellement en 1963, à l’âge de 39 ans.

J’ai pris contact avec deux des enfants d’Armand, Denise et Gilbert, ainsi que de Jean-Guy Rioux âgé de 86 ans, frère d’Armand. Ce dernier m’a dit que son frère et « Charlette » étaient de très bons amis et qu’en 1946 il accepta de lui donner un coup de main. Lors de la construction du Centre paroissial abritant la salle de cinéma, « Charlette » était superviseur des travaux, donc non disponible pour accomplir sa tâche de gardien de l’île aux Basques. Armand Rioux a acheté son bateau de Charles Morency l’année précédant son emploi de gardien et répara le bateau de « Charlette » qui en avait bien besoin en allongeant la cabine.

Armand Rioux était marié à Dame Anita Riou (sans x), décédée le 27 décembre 2017 à l’âge de 97 ans. Anita est de descendance directe de Jean Riou (8e génération), le premier Seigneur des Trois-Pistoles résidant dès 1697 dans sa seigneurie concédée par le roi de France. Même jusqu’à sa mort, les citoyens l’appelaient la « Seigneuresse ». L’île aux Basques et les îles Razade faisaient partie de leur seigneurie.

Emmanuel Franck, gardien de 1971 à 1980

Emmanuel « Bébé » Franck était mon oncle, car marié à la sœur de ma mère. Il a été gardien de l’île aux Basques pendant 10 ans, soit de 1971 à 1980 inclusivement. C’est dans son hangar près de sa maison à Rivière-Trois-Pistoles qu’il a fait construire son bateau, le Fleur de mai, par monsieur Xavier Rioux, habile menuisier qu’il assista tout au long de la construction. Comme il a fallu le construire au cours de l’hiver, Emmanuel a dû agrandir son hangar pour pouvoir le construire à l’abri des intempéries. Fait de bois de cèdre pour le bordé et de chêne pour les varangues, son bateau mesurait 24 pieds 6 pouces de long, et 6 pieds de large.

Sur certaines photos, on remarquera qu’il y a une cheminée sur le bateau, car il y avait un petit poêle à bois installé dans la cabine. En passant de longues journées sur l’eau et jusque tard en automne, il faisait froid et humide. Mais ayant ce petit poêle à bord de son bateau, les passagers pouvaient y trouver un certain confort. Et même qu’ils profitaient d’un réchaud pour la nourriture et tenir le café ou thé au chaud. J’ai encore le petit poêle et la cheminée chez moi.

C’est en mai 1962 que ce bateau a été lancé à l’eau. À cette époque, l’activité première à la marina de Trois-Pistoles était la pêche à la morue et au flétan entre les îles aux Basques et aux Pommes. Plusieurs touristes venaient ici pour aller pratiquer cette pêche dont des Américains. Cette activité de pêche sportive sur le fleuve procurait donc un revenu aux propriétaires de bateaux.

Durant ses années à titre de gardien de l’île, Emmanuel Franck a toujours continué à pêcher autour des îles de la région de Trois-Pistoles. Lorsqu’il ne sortait pas, son bateau, le Fleur de mai, était ancré devant chez lui sur le lit de la rivière Trois-Pistoles. Un jour, il avait failli se noyer en essayant d’embarquer à bord. Il était resté agrippé au bastingage, mais a dû lâcher prise et se laisser descendre par le courant pour se retrouver sur la batture.

Emmanuel Franck m’a vendu son bateau à l’été 1985. La dernière photo du Fleur de mai date de l’époque où il en était le propriétaire, mais sur la photo, c’est moi qui reviens de l’île avec des passagers.

Texte de : Capitaine Jean-Pierre Rioux, gardien actuel de l’île aux Basques

Photo à la une: Jean-Pierre Rioux

Le Provancher, bateau de Charles Morency (Rapport annuel de la Société Provancher, 1937)
Le Provancher, bateau de Charles Morency (Rapport annuel de la Société Provancher, 1937)
Le bateau de Charles Morency : le Provancher
Charles Morency sur la proue de son bateau, le Provancher. Photo: Carte postale de l’île aux Basques, vers 1970
Armand Rioux sur son bateau
Armand Rioux sur son bateau. Photo fournie par Mme Denise Rioux, fille d'Armand.
Construction du Fleur de mai.Propriété du capitaine Emmanuel Frank
Lucien Bélanger dit le'' Bé'' lors de la construction du Fleur de mai. Photo: Jean-Pierre Rioux.
Le Fleur de mai à Rivière-Trois-Pistoles. Remarquez la cheminée.
Le Fleur de mai à Rivière-Trois-Pistoles avec sa cheminée distinctive. Photo: Jean-Pierre Rioux.
Le capitaine Jean-Pierre Rioux à la barre du Fleur de mai
Le capitaine Jean-Pierre Rioux à la barre du Fleur de mai. Photo: Jean-Pierre Rioux.
Jean-Pierre Rioux. Photo: Infodimanche
Jean-Pierre Rioux. Photo: Infodimanche
Articles associés

Écrire un commentaire