Ornithologie estivale à la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher

Accueil / Activités sociales / Ornithologie estivale à la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher
À la défense des espèces estivales!

Étrange est l’été qui s’est implanté au Québec cette année! Parfois très sec et parfois très humide, le climat a particulièrement affecté les milieux naturels, dont la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher, à Neuville. En ornithologie, on parle souvent de période creuse lorsqu’on parle de l’été ou du moins de la période juin-août. Les parulines, pour la plupart, sont de passage sur nos terres au printemps. Ainsi, nombreux, y compris moi, sont fébriles à l’idée qu’elles seront de retour à l’automne, d’où l’expression « les parulines d’automne ». Seulement, aussi spectaculaires qu’elles soient, plusieurs oublient qu’il y a une richesse en espèce qu’on ne retrouve pas hors de l’été. Voilà donc l’objectif de cet article, montrer la diversité du marais lors de la période estivale. Voici donc un court texte sur l’ornithologie estivale à la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher.

Quelques mots sur la richesse estivale des milieux humides

Tout d’abord, lorsqu’on parle d’ornithologie estivale à la réserve, il y va de soi de rechercher une des espèces parmi les plus éclatantes. La seule de son groupe qui remonte la côte est pour venir se reproduire chez nous est l’oriole de Baltimore. Le mâle est d’un orange éclatant mais la femelle, moins colorée, est tout même parée de très belles couleurs (photo ci-contre). Cette espèce me fascine autant pour son plumage que pour son superbe chant fluté. C’est une espèce fascinante à observer en période de nidification, puisque c’est l’une des rares espèces au Québec où l’on peut voir la femelle tisser le nid dans le vide, très souvent suspendu à une branche d’arbre.

Une autre espèce fascinante, mais cette fois-ci pour son comportement, est le moqueur chat,un autre habitué du coin. Fidèle au rendez-vous chaque été, on peut souvent l’entendre chanter près des plans d’eau du marais, à copier plusieurs chants d’oiseaux et les miaulements d’un chat. En effet, cet oiseau fait partie de ceux capables d’apprentissage vocal toute leur vie. J’ai pu entendre souvent un semblant de geai bleu, de merle d’Amérique et de martin-pêcheur d’Amérique émit par cet oiseau lors de mes promenades.

La floraison des arbres et la formation des fruits dictent l’arrivée des groupes de jaseurs d’Amérique facilement repérable le long du marais Léon-Provancher! Ces oiseaux grégaires vont se tenir non loin de leurs sources de nourritures préférées telles que les petites pommes et les baies sauvages. Comment pouvoir observer cet oiseau au plumage impeccable et à la huppe charismatique? Prêter attention aux gazouillis clairs et aigus, semblables à un tziiii.

Enfin, pourquoi ne pas terminer ce bref récit ornithologique par un phénomène intemporel au marais! Lors de la période estivale, j’ai pu observer à de multiples occasions le développement de jeunes hirondelles bicolores (photo à la une), nichant sur le territoire. Ces petites boules de duvet d’un gris sombre sont facilement observables. En effet, les jeunes peuvent facilement être observés dans des chicots, en attendant que les parents viennent leur apporter des insectes en plein vol.

Observez-les sans les déranger!

Voici donc un bref récit de mes aventures ornithologiques à la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher. Je profite de cette tribune pour rappeler le code d’honneur de tout ornithologue qui se respecte, soit de ne pas déranger les oiseaux, de préserver les habitats des oiseaux et enfin de respecter les autres usagers de la nature. Sur ce, je vous souhaite à tous de très belles observations!

Pour d’autres photos prises sur les territoires de la Société Provancher, cliquez sur ce lien.

Frédérick Létourneau, ornithologue et photographe, stagiaire à la Société Provancher

Photo à la une : Frédérick Létourneau

L'oriole de Baltimore n'est pas toujours à son plus beau. En voici un bel exemple : cette femelle est bien détrempée. Elle fait partie toutefois de l'ornithologie estivale de la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher.
Oriole de Baltimore femelle (détrempée!). Photo : Frédérick Létourneau.
Le moqueur chat est un oiseau très commun à la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher. L'ornithologie estivale en fait toujours mention.
Moqueur chat. Photo : Frédérick Létourneau.
Lors de l'ornithologie estivale à la réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher, le jaseur d'Amérique est une espèce incontournable le long du marais.
Jaseur d’Amérique. Photo : Frédérick Létourneau.
Articles associés

Laisser un commentaire

Ce nid de goéland argenté illustre la présence marqué de cette espèce aux îles Razade. Ils y sont dénombrés lors de l'inventaire des oiseaux marins réalisé annuellement par la Société Duvetnor.Grand panneau d'interprétation, réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher. Photo : Pascale Forget.