Naissance et maturation d’un territoire protégé

Accueil / Conférences / Naissance et maturation d’un territoire protégé

La Société Provancher recevait M. Michel Lepage, le 6 avril 2016 au Théâtre de Poche de l’Université Laval, pour une conférence intitulée «Naissance et maturation d’un territoire protégé, la Réserve naturelle du Marais Léon-Provancher». Plus de 40 personnes ont assisté à cette dernière conférence de la saison 2015-16.

Détenteur d’une maîtrise en biologie, M. Michel Lepage est un biologiste chevronné et un gestionnaire retraité du gouvernement du Québec. Il est secrétaire de la Société Provancher et s’implique depuis plusieurs années dans l’organisation. Il a été un pilier dans la création de la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher et était tout désigné pour présenter les 20 ans de ce beau territoire à l’auditoire.

M. Lepage nous a d’abord parlé des origines du projet et de l’état du territoire au départ de l’aventure. Par le biais de plusieurs thèmes, il nous a permis de voir une évolution sur presque 40 ans. Grâce à de nombreuses photos judicieusement choisies, la dynamique de la végétation et les différents chantiers ont été démontrés. Que d’efforts de bénévoles et de partenaires!

Michel Lepage
Michel Lepage

Avant 1967, une bonne partie du territoire était consacrée à la culture du foin pour la production laitière. En 1967, le site devenait propriété de la Raffinerie d’huile de Québec. Le projet de raffinerie ne vit jamais le jour et le territoire tomba à l’abandon pendant presque 30 ans.

En 1988, la Fondation de la faune du Québec en faisait l’acquisition et en 1995, elle faisait un appel de soumission à des organismes pour en confier la gestion.

La construction de la digue a eu lieu en 1994-1995 et il y a eu transfert de titres à la Société Provancher en 1996. Plusieurs phases d’acquisition ont été nécessaires par la suite pour constituer l’actuelle superficie de 125 ha.

M. Lepage a tenu à signaler la contribution des associations de chasseurs pour bâtir les fonds requis au départ. Le contexte était déjà celui de la perte d’habitats pour la sauvagine le long du St-Laurent. Un financement de départ a été assuré pendant trois ans par la Fondation de la Faune, puis des dons et des projets spéciaux ont permis de poursuivre la mission de la Société Provancher sur le territoire .

Parlant de l’approche utilisée par la Société Provancher, M. Lepage a mentionné l’importance de bien connaître le territoire, le profil des visiteurs et le voisinage. Le développement se devait d’être graduel avec une gestion basée sur le bénévolat et des ententes de partenariat (Canards Illimités, Ville de Neuville, Association des sauvaginiers de la grande région de Québec, …).

Une fois bien connues les informations de base reliées au territoire, un plan de conservation et de mise en valeur a été préparé. C’est un document clé dans la gestion et la Société Provancher veille à sa mise à jour.

Le contrôle des accès a été et demeure une préoccupation car plusieurs personnes fréquentent le territoire toute l’année. Des ententes existent pour encadrer la chasse éducative qui a lieu chaque automne ainsi que les sports d’hiver (raquette, ski de fond et randonnée). Partout, la signalisation se veut discrète et efficace. Au fil des ans, le territoire a été doté d’un minimum d’infrastructures. Les sentiers, le préau et la remise en font partie.

D’autres infrastructures sont associées à l’aménagement faunique. Nous pensons, entre autres, à la cheminée à martinets, la cheminée à chauves-souris, les divers nichoirs ainsi que l’hibernaculum pour les couleuvres. Elles piquent la curiosité des visiteurs et encouragent l’observation.

M. Lepage a fait part à l’auditoire des contributions de la Société Provancher à différentes études et inventaires scientifiques (anoures, odonates, suivi des nichoirs, …) pratiqués sur la réserve naturelle depuis plusieurs années. Avec les activités éducatives et divers chantiers (reboisement, …), elles impliquent le public qui est alors sensibilisé aux particularités des habitats et à leur conservation.

En fin de présentation, M. Lepage a indiqué à l’auditoire les défis auxquels fait face la Société Provancher sur le territoire. Les préoccupations d’envahissement par le roseau commun, de nourrissage des chevreuils, d’érosion des berges et la présence d’algues nécessitent des interventions et un suivi dans le temps.

De plus, une hausse du financement, l’implication accrue des citoyens de Neuville ainsi qu’un bon équilibre entre le nombre de visiteurs et la capacité de support du site sont souhaités.

En fin de conférence, avec une grande satisfaction des travaux réalisés et de leur envergure, M. Lepage a remercié tous ceux qui de près ou de loin ont rendu possible cette belle aventure.

La Société Provancher félicite M. Lepage pour cette intéressante rétrospective présentée dans le cadre du 20e anniversaire de la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher. Cela a été un témoignage particulièrement vibrant de tous les efforts soutenus en deux décennies sur le territoire.

Elisabeth Bossert et Robert Patenaude

Articles associés
Brouillard matinal à la Réserve naturelle du Marais-Léon-Provancher (Photo: yvanbedardphotonature.com)